« DO IT YOURSELF » WORKSHOPS

Dans les ateliers de découverte et de sensibilisation, le public est invité à découvrir, tester, expérimenter et créer différents produits. L’esprit est  d’inciter les participants à devenir des consom’acteurs responsables de leur vie, leur santé et de leur environnement !

Consommer moins mais mieux, c’est d’abord s’initier et faire des choix raisonnés! Un écoconsommateur va réfléchir sur les conséquences environnementales et sociales de son acte de consommation, et doit appliquer les principes qu’il exige des entreprises, des politiques, des collectivités.

Dans un atelier de fabrication le public apprend à faire par soi-même les produits pour acquérir des compétences réutilisables en dehors du workshop.

Différents thèmes y sont abordés : cosmétique et produits d’entretien au naturel, alimentation et cuisine, jardinage et l’agriculture urbaine, distillation d’huiles essentielles de plantes locales, le recyclo-design, citoyenneté, développement durable.

Prochain atelier de distillation d’huiles essentielles :

L’atelier de distillation de plantes locales a pour but de d’apporter aux participants des connaissances sur la distillation.

Participation: 5 €  Debut : 18h30 Durée: 1H30 nombre de places limité à 12 participants

 

IMG_3386

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau

Histoire des huiles essentielles

(extrait du Mémoire ISUPNAT Promotion Hippocrate 2012, Sandrine Haton©)

L’utilisation des plantes aromatiques remonterait à 40 000 ans av. J.-C. en Australie avec les aborigènes qui avaient développé une connaissance pointue de la flore indigène pour s’adapter à leur environnement. Puis les civilisations indienne, chinoise, égyptienne, babylonienne, grecque, romaine, aztèque, maya ont utilisé les plantes aromatiques dans les domaines de la pharmacologie, la parfumerie, la cosmétologie et l’embaumement. Les plantes ont été utilisées aussi bien en macération, en infusion, en décoction ou en diffusion pour des rituels religieux ou des soins de l’âme et du corps.

Vers l’an 1000, les Arabes découvrent la distillation des HE à la vapeur d’eau. C’est la naissance du concept d’huile essentielle qui aboutit à la création et au développement de la distillation qu’on doit à Avicenne (Ali Ibn-Sinah), père de la médecine antique. Il a décrit 800 espèces de plantes médicinales et fut le premier à distiller à la vapeur d’eau, la rose (Rosa centifolia).

Puis, à la fin du XIXème siècle, les propriétés antiseptiques des HE ont commencé à être étudiées. La connaissance des composants des HE se développe et permet d’expliquer les activités physiques, chimiques, biochimiques, thérapeutiques et électroniques des HE.

Le terme « aromathérapie » fut inventé par le chimiste et parfumeur français, René-Maurice Gattefossé en 1928. Dans son ouvrage « aromathérapie » [2], il décrit ses expériences et découvertes. Il fut le premier à pointer les relations de structures de molécules et d’activités des composants aromatiques et à présenter les grandes propriétés des HE.

Plus tard, en Angleterre, Marguerite Maury (1895 -1968) donna naissance à un courant orienté vers la beauté, le bien-être et le prolongement de la jeunesse. Ce courant s’implanta fortement en Grande-Bretagne où le terme « aromatherapy » concerne l’utilisation des HE pour le bien être, la détente, le plaisir et la beauté.

Si l’école anglaise (M. Maury) privilégie l’utilisation des HE en massage, l’école française (J. Valnet) privilégie davantage la voie orale et l’école allemande (K. Schnaubelt), la voie de l’inhalation. Néanmoins, pour ces deux dernières écoles, toutes les voies sont intéressantes.

Le docteur Jean Valnet [3], chirurgien militaire français, a été le premier à pratiquer l’aromathérapie médicale à partir de 1945. Dès 1964, il fera connaître au public, grâce à une expérimentation sur le terrain3 et la publication de nombreux ouvrages, dont « Aromathérapie, traitement des maladies par les essences de plantes » [3], l’efficacité des HE. En 1972, Il forma puis collabora avec des médecins, comme Jean Claude Lapraz et Christian Duraffourd, sur des études expérimentales ayant trait à l’activité bactériologique des HE [4]. Le docteur Paul Belaiche qui a aussi travaillé sur l’activité anti-infectieuse des substances aromatiques des HE, écrit: «elles agiraient sur notre terrain de façon « intelligente » en se fixant uniquement sur le système en défection …donc de façon ciblée et de courte durée de par leur concentration. »

En 1975, Pierre Franchomme [5], chercheur aromatologue, et Daniel Pénoël [5], docteur en médecine, mettront en application la notion de chémotype (type chimique de l’huile essentielle) (cf. II E) qui permettra de mieux comprendre l’efficacité thérapeutique, tout en réduisant les effets secondaires et les risques de toxicité des HE.

Distillation à la vapeur d’eau

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau

La technique d’extraction des HE utilisant l’entraînement des substances aromatiques grâce à la vapeur d’eau est de loin la plus utilisée à l’heure actuelle.

Le procédé consiste à faire passer de la vapeur d’eau dans une cuve remplie de plantes aromatiques. La méthode est basée sur l’existence d’un azéotrope (qui bout à température fixe en gardant une composition fixe) de température d’ébullition inférieure aux points d’ébullition des deux composés, l’huile essentielle et l’eau, pris séparément. Ainsi, les composés volatils et l’eau distillent simultanément à une température inférieure à 100 °C sous pression atmosphérique normale.

En conséquence, les produits aromatiques sont entraînés par la vapeur d’eau sans subir d’altérations majeures.

Dans la distillation par entraînement à la vapeur d’eau, le végétal ne macère pas directement dans l’eau. Il est placé sur une grille perforée au travers de laquelle passe la vapeur d’eau. La vapeur au contact de la structure des cellules végétales permet de libérer les molécules volatiles qui sont ensuite entraînées vers le réfrigérant.

Cette méthode contribue à la qualité de l’huile essentielle en minimisant les altérations hydrolytiques car le végétal ne baigne pas directement dans l’eau bouillante.

La vapeur d’eau traverse la plante, se charge de ses essences et forme avec elle un mélange gazeux homogène. La solution ainsi obtenue passe ensuite par le col de cygne de l’alambic (schéma 1) puis sous pression contrôlée, la vapeur d’eau enrichie d’huile essentielle traverse un serpentin où en se refroidissant elle se condense. On recueille l’huile essentielle dans la partie de l’alambic appelée essencier (ou vase florentin).

Le condensat appelé aussi distillat se sépare pour donner deux produits, l’huile essentielle et l’hydrolat, par simple différence de densité. L’huile essentielle étant plus légère que l’eau (sauf pour quelques HE qui ont une densité supérieure ou proche de celle de l’eau, comme Cinnamomum verum, Eugenia caryophyllus, Allium sativum), elle remonte à la surface et flotte alors sur l’eau de distillation appelée hydrolat. On appelle ce temps la décantation; Puis, l’huile essentielle est recueillie par débordement.

PRODUITS « MENAGE au NATUREL »

Avec l’aide de Laetitia DARTOUT, de l’association « MY VISA CITY » spécialiste en fabrication de produits de « slow cosmétique » et de produits de « ménage au naturel », nous vous proposons des ateliers ludiques et utiles. 

Ménage & Vous! Heureux en Ménage, les premiers pas

4 produits d’entretien personnalisés & un livret de recettes comprenant de nombreuses astuces et conseils pratiques pour une rentrée en pleine santé!

Tarif: 30€, Durée: 1H15 nombre de places limité à 10 participants (sur demande)

La Cosmétique Maison: fabriquer ses produits cosmétiques naturels

3 produits cosmétiques personnalisés selon ses goûts et ses besoins & un livret de recettes comprenant de nombreuses astuces et conseils pratiques pour une rentrée en toute beauté!

Tarif: 45€, Durée:1H30 nombre de places limité à 10 participants (sur demande)

Les ateliers proposés sont réalisés selon les nombre d'inscriptions (minum 6 personnes) fermes. Toutes nos activités peuvent être adaptées aux besoins spécifiques des groupes, et des sujets peuvent également être développés sur demande. Chaque sujet que nous proposons peut être présenté sous forme d’atelier-conférence de durée variable (1 h à 3 h)